2017 Stage d'été

Un séjour musical magique

 Comme chaque année depuis 20 ans, les élèves de l’école de musique de Roeschwoog, encadrés par des animateurs issus de l’harmonie Bord du Rhin, se sont installés sur les hauteurs de Dabo, du mercredi 16 au dimanche 20 août, pour s’adonner à leur passion commune : la musique. Ce stage, toujours très apprécié et attendu impatiemment, leur permet de progresser musicalement, puisque chaque matinée, après quelques foulées en guise de mise en forme à l’aube, est consacrée au chant, puis aux répétitions par pupitre et en orchestre, avant un repas bien mérité. Les après-midi sont dédiées aux animations plus ludiques, avec une marche en forêt, un jeu de piste, un tournoi sportif. En fin d’après-midi, un nouveau temps de musique laisse ensuite place au dîner, puis à une veillée (jeux, chant, marche de nuit, et bien sûr la boum du samedi soir !)

Cette année, le thème du stage était la magie : à travers les morceaux comme les activités, les jeunes ont pu côtoyer Harry Potter, voyantes, fantômes et sorcières, et s’immerger dans un univers fantastique. Ils ont également pu faire l’expérience de la vie de groupe, car ils étaient répartis en 4 équipes (rappelant les 4 maisons de l’école de magie Poudlard dans Harry Potter : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard) qui se partageaient les tâches (vaisselle, mettre la table) et qui se livraient concurrence lors des grands jeux.

Comme à l’accoutumée, le stage s’est achevé par deux concerts, donnés samedi soir à Dabo et dimanche après-midi dans les rues de Wasselonne, pour montrer le fruit du travail réalisé en l’espace de quelques jours. Parents, amis et curieux ont pu apprécier la qualité musicale obtenue grâce à des répétitions rondement menées et des musiciens enthousiastes et désireux de prouver leur talent.

Après la représentation finale, ils se sont tous quittés heureux de ce séjour fructueux, des notes et des images plein la tête, et se sont donné rendez-vous, sans faute, pour l’année prochaine.

 

2017 Concert Herrlisheim DNA 30 mai

Un concert d’exception

Organisé par le centre hospitalier départemental de Bischwiller au profit de l’association À l’Écoute et de l’aumônerie catholique, le prestigieux concert proposé samedi soir à l’église Saint-Arbogast de Herrlisheim a eu un succès bien mérité.

Quelque six cents auditeurs ravis, des mélomanes venus de toute la région, installés dans la vaste église de Herrlisheim, ont été conquis par les prestations de grande qualité offertes par les différentes chorales et les soixante-dix musiciens de l’Harmonie Bord du Rhin sous la direction du talentueux Thierry Buchel, un féru de musique.

Après Sylvain Grob, qui s’est exprimé au nom de la direction du CHDB, accompagné de Marie-Rose Bartholomé, présidente de l’association À l’Écoute, l’aumônier Jean-Marc Krauth a évoqué l’action des bénévoles de l’association et le travail mené durant de longs mois pour la mise au point de ce concert. Il remercia chaleureusement le public pour ses gestes généreux ainsi que le maire, Louis Becker, pour la mise à disposition de l’église. Étaient également présents, Raymond Gress, président du conseil de surveillance, et Camille Apffel, directrice des affaires générales au CHDB.

Chaque formation dans son domaine de compétence étala son savoir-faire en comblant le public satisfait de goûter à tant de diversité. En guise d’ouverture, la chorale Ste-Cécile de Roeschwoog sous la direction de David Switay, a interprété une œuvre anonyme Heaven is a wonderful place. Les chorales Cœur de l’Ill d’Illkirch, Voix-Si – Voix-La de Strasbourg et le Cœur de la Zorn de Geudertheim, dirigées par André Lamblin ont à leur tour interprété Le chant des saisons de Rémy Gagne et L’important c’est la Rose de Gilbert Bécaud.

Image impressionnante

La chorale Concordia 1850 de Saverne, sous la direction de Jean-Huber Fischer, apporta sa contribution avec Adiemus de Karl Jenkins. Ce sont les musiciens de L’Harmonie Bord du Rhin qui ont mis le point final à cette première partie en faisant résonner leurs instruments sur Flowers of Dreams du compositeur japonais Satoshi Yagisawa.

En seconde partie, image impressionnante, les chanteurs de toutes les chorales, qui s’étaient produits en première partie, se sont réunis pour accompagner les cuivres de l’Harmonie Bord du Rhin repris par le directeur Thierry Buchel, dans les six suites de l’œuvre Missa Brevis du néerlandais Jacob De Haan. Grâce à l’acoustique remarquable de l’édifice, le public était comblé. D’autant que toutes ces prestations ne relevaient nullement du domaine de la facilité. L’ambiance était chaleureuse, l’enthousiasme partagé et les applaudissements nourris qui nécessitaient à une reprise de deux bis.

Ce concert, avec le même programme, sera repris DIMANCHE 11 JUIN à 17 h à l’église catholique Saint-Urbain de Strasbourg-Neudorf (avenue Jean-Jaurès). Concert gratuit, plateau au profit du CHDB.

2017 Concert Herrlisheim DNA 29 mai

260 choristes et musiciens pour la bonne cause

La grande nef de l’église Saint-Arbogast de Herrlisheim était comble ce samedi pour le concert prestigieux proposé par l’aumônerie catholique du Centre hospitalier de Bischwiller (CHDB) et l’association sous la houlette de Jean-Marc Krauth, aumônier.

Plus de 600 mélomanes venus de tous les horizons ont applaudi les 200 choristes et les 60 musiciens de L’Harmonie Bord du Rhin de Roeschwoog, réunis sous la baguette de Thierry Buchel. Ils ont uni leurs voix et leurs talents afin de soutenir les projets portés conjointement par l’aumônerie du CHDB et l’association de bénévoles A l’écoute.

Cet événement est né grâce à la volonté de Jean-Marc Krauth et d’André Lamblin, musicien, chef de chœur qui dirige notamment les chœurs de la Zorn, les chœurs de L’Ill et la chorale Voix-si Voix-la. Ils ont voulu organiser un événement festif pour les résidents du centre hospitalier et le défi a été relevé.

Invitation à la méditation

C’est la chorale Sainte-Cécile de Roeschwoog qui a ouvert ce grand moment musical par l’ Ave Maria de Casucci suivi de Heaven is a wonderful place sous la direction de David Switaj. Les choristes d’André Lamblin ont ensuite interprété le Chant des saisons et L’Important c’est la rose , un grand standard de Glibert Bécaud.

C’est la Chorale Concordia 1850 de Saverne qui a poursuivi avant de céder la place à l’Harmonie Bord du Rhin qui a terminé cette 1re partie.

Chœurs et harmonie s’unirent alors pour interpréter la Missa Brevis de Jacob de Haan, une œuvre empreinte de solennité, une invitation à la méditation et à la prière.

Un grand moment de musique apprécié comme n’ont pas manqué de le souligner, Sylvain Grob et Camille Apffel, directeurs adjoints du CHDB, l’ensemble du service d’animation et les bénévoles de l’association A l’écoute. Jean-Marc Krauth n’a pas manqué de saluer Louis Becker, président de la Communauté de communes du Pays Rhénan et maire de Herrlisheim, heureux d’accueillir choristes et musiciens au service de la bonne cause, le président du conseil de Fabrique Francis Zerr, Raymond Gress, président de la Communauté de communes de Bischwiller et Nicole Thomas, conseillère départementale.

À Saint-Urbain le 11 juin

Plus qu’un concert, ce fut une belle action de solidarité, qui permettra entre autres de faire vivre le pèlerinage diocésain de Lourdes et d’autres grandes rencontres aux résidents.

Ce concert sera donné une seconde fois dimanche 11 juin en l’église Saint-Urbain de Strasbourg à 17 h.

2017 Concert Herrlisheim DNA 25 mai

Un prestigieux concert à l’église Saint-Arbogast

Samedi, plus de 200 choristes et 70 instrumentistes se réuniront pour un concert d’exception à l’église St Arbogast de Herrlisheim.

Choristes et de musiciens se sont réunis pour répéter et se préparer à un grand concert organisé par l’aumônerie catholique et l’Association A l’Écoute du Centre hospitalier départemental de Bischwiller (CHDB).

À l’origine de ce concert qui aura lieu samedi à 20 h à l’église Saint-Arbogast de Herrlisheim, l’aumônier du CHDB Jean-Marc Krauth, et André Lamblin, chef de chœur et musicologue. Ces derniers n’en sont pas à leurs coups d’essai et ont déjà organisé des rencontres chantantes dans différentes églises à Strasbourg dont certains à la cathédrale.

Six chorales

Ce concert sera étoffé de l’Harmonie Bord du Rhin de Roeschwoog, sous la direction de Thierry Buchel et de pas moins de six chorales : Chœur de l’Ill d’Illkirch, Voix-si… voix-là de Strasbourg, Chorenstra (Chœur des enseignants) de Strasbourg, Chœur de la Zorn de Geudertheim, Concordia 1850 de Saverne ainsi que la chorale Sainte-Cécile de Roeschwoog.

C’est un ensemble de plus de 70 musiciens et 200 choristes qui évoluera avec un programme varié cultuel et profane, alliant des chants et musiques d’origines japonaise, bretonne ou encore la célèbre œuvre du compositeur néerlandais Jacob De Haan Missa Brevis.

SAMEDI. L’entrée à ce concert prestigieux est gratuite, des dons pourront être effectués au profit de l’Association A l’Écoute et de l’aumônerie catholique du CHDB de Bischwiller durant le concert. Ce concert sera repris le 11 juin à 17 h à l’église catholique Saint-Urbain de Strasbourg-Neudorf (avenue Jean-Jaurès).

2017 Concert

L’Harmonie Bord du Rhin a relevé le défi

Samedi 11 et dimanche 12 mars, c’était l’heure de vérité pour l’Harmonie Bord du Rhin de Roeschwoog qui était invité à relever un défi pendant l’un des rendez-vous artistiques les plus attendus du secteur.


De nombreuses autres surprises régalèrent les auditeurs émoustillés dès le morceau d’entrée, évoquant un splendide lever de soleil. PHOTO DNA

L’Harmonie Bord du Rhin de Roeschwoog est habituée à faire dans l’excellence depuis bien des années. Alliant travail et passion, les musiciens de l’ensemble, motivés et menés par les excellents directeurs que sont Thierry Buchel et Gilbert Koch, offrent tous les ans à leur fidèle et nombreux public une prestation de grande qualité. Cette année, ils ont dessiné une fresque haute en couleur, alliant couleurs et sons et explorant des genres musicaux très divers.

Alors que les années précédentes ils faisaient appel à des solistes de renom pour rehausser la prestation, cette année, ils ont proposé à ses musiciens de remplir ce rôle, en mettant à contribution tout à tour les divers pupitres. On a vu ainsi entre autres, les cors, les clarinettes et les saxos appelés à démontrer leur virtuosité. Dans ce domaine, le plus insolite a été cette dame menue avec son picolo donnant la réplique à son camarade bien plus imposant jouant du tuba. De nombreuses autres surprises régalèrent les auditeurs séduits dès le morceau d’entrée, évoquant un splendide lever de soleil ; une ouverture idéale pour les premières esquisses de cette fresque musicale. Le très vert Rendez-vous de chasse de G. Rossini fit la part belle aux cors. Toutes les teintes de la palette chromatique ont été ensuite explorées avec une sombre évocation du tremblement de terre de Kobé, une illustration du Colosse de Rhodes dans une œuvre composée par Erick Debs de Brumath. La batterie, menée par Remy Schwartz, se fit plaisir, dans un morceau mélangeant du rock des années 60, du jazz-waltz et du swing.

Charmes irlandais

La première partie du concert se termina par Sir Patrick de Philippe Geiss, où, à nouveau, batterie et saxos s’en donnèrent à cœur joie dans une évocation des charmes de l’Irlande.

Après la pause, les jeunes pousses issues de l’école de musique présentèrent de forts jolis medleys évoquant les musiques du monde.

La deuxième partie de ce concert était à la hauteur de la première, augmentant même encore la palette des couleurs et des genres musicaux. On retrouva à nouveau les saxos dans un morceau de rock-fusion avec une belle couleur jazzy. Puis le programme dévia vers de la musique plus actuelle, avec une évocation des plus célèbres tubes de Stromae. Avec Purple rain de Prince et The living years de Mike and the Mechanics, agrémenté d’un groupe vocal, il sembla que l’on arrivait tout doucement à la limite du possible.

Le public, enthousiaste, réclama un bis puis un ter où les musiciens prolongèrent leur plaisir en reprenant Sir Patrick. La Marche de Radetzky mit la touche finale à cette fresque. Comme prévu, les musiciens avaient relevé le défi. D’ailleurs, la présidente Céline Offner l’avait pressenti dans son discours d’entrée où elle avait mis en avant le travail et la passion. Les deux mots-clé de cette belle réussite.

Plus d'articles...

  1. 2017 La Hoube