2006_FLOESSPLATZ

UN WEEK-END DE TRAVAIL CHARGE.

Voilà ce qu'attendait la soixantaine de musiciens de l'harmonie "Bord du Rhin" de Roeschwoog. Comme le veut la tradition, le premier week-end du mois de janvier est entièrement consacré à la préparation des prochains concerts qui auront lieu les 11 et 19 mars prochains.

Depuis bientôt une dizaine d'année, c'est au centre du Floessplatz, à l'entrée de la vallée de la Bruche, que les musiciens ont pris l'habitude d'exercer leur art. Cette année encore, la tâche était ardue, puisqu'il s'agissait de donner corps à une quinzaine de pièces, déjà en chantier depuis la rentrée musicale de septembre. Le week-end fut mis à profit pour donner à chaque partition son style personnel, en partant d'œuvres classiques comme "La valse des fleurs" de Tschaïkovski, ou de "La dernière rose" de Flotow, en passant par des œuvres originales telles que "Magic overture, Autour du monde, Sleep", pour finir par des standards du jazz comme "Makin' Whoopee" et autres "Moon over Bourbon street" immortalisé par Sting.

Il fut aussi rendu honneur au chapiteau planté sur le gazon du Floessplatz, accueillant régulièrement des enfants pour des classes de "cirque", par une vibrante "Entrée des gladiateurs", qui n'est autre que le thème fétiche des artistes de la piste aux étoiles.

Mais le clou du spectacle sera certainement l'interprétation du "Virage du Krimmeri", autrement connu sous le nom d' "Hymne du Racing Club de Strasbourg", arrangé pour l'occasion par leur chef Thierry Buchel, et interprété par Virginie Schaeffer (la fille des Highways) en personne. D'ores et déjà, les mélomanes, tout comme les amateurs de football, pourront retenir les dates de ce qui promet d'être un grand moment de frisson.

Gilbert Koch
Janvier 2006

2006_CONCERT

De mémoire de musicien, on n'avait jamais vu cela dans la MOC de Roeschwoog :
plusieurs centaines de personnes, de tous âges confondus, dansant le twist sur « Day tripper », morceau culte des Beatles.

Le concert de l'harmonie Bord du Rhin de Roeschwoog, présenté samedi dernier, avait débuté en fanfare avec « l'entrée des gladiateurs » de Julius Fucik, œuvre plus connue sous le terme générique de marche de parade du cirque ! Un autre gladiateur leur succéda, en la personne de Ben Hur. Tiré du film aux 11 oscars, ce morceau regroupe les thèmes phares chargés d'émotion de cette saga hollywoodienne.

Le spectacle fut un temps interrompu par de vrais-faux ouvriers arrivés là suite à une erreur de calendrier, mais qui s'avérèrent être aussi adroits au maniement de leurs outils qu'à l'usage de la double-croche ! Ceux-ci firent finalement place à un grand moment de sérénité avec la « Valse des fleurs » de Tchaïkovski et « La dernière Rose » de Flotow, qui précéda un fougueux voyage musical « Autour du monde ! » clôturant la première partie.

Démarrée en feux d'artifices par la pièce « Magic », la seconde partie montra toute la variété de facettes que prend de nos jours l'orchestre d'harmonie : Bien installé dans la douce quiétude de « Sleep » (dormir), le spectateur se fit délicatement réveiller par le scintillement des reflets du soleil se levant sur le lac de Chautauqua.

La dernière partie du concert fut entièrement dédiée au chant. Emily Pello, chanteuse parisienne de talent sut conquérir le public avec un sensuel « Making whopee » digne de Marilyn Monroe, « Moon over Bourbon street », grand classique du jazz que l'on doit à Sting, mais aussi et surtout un vibrant « Virage du Krimmeri », hymne du Racing club de Strasbourg écrit par Virginie Schaeffer et interprété pour la première fois par un orchestre d'harmonie. Il est à noter que c'est Virginie en personne qui aurait du le chanter ce soir-là, mais comme chacun le sait, elle était retenue à Paris pour cause d'Eurovision. Néanmoins, elle sera présente ce dimanche, 19 mars, à 16h00 pour la deuxième édition de ce concert. Tous les fans de Virginie y sont conviés.

On put aussi admirer les jeunes talents de l'orchestre de l'école de musique qui prouvèrent que cette formation pouvait voir son avenir sereinement.

Gilbert Koch
paru dans les DNA du 18 mars 2006